Journalistes, communicants, relations presse 2


OptimisArjun Kartha - newspapers website http://arjunkarthaphotography.comer vos relations avec les journalistes

Pour améliorer les échanges avec la presse, il est préférable intégrer en amont la stratégie de communication de l’entreprise dans ses relations presse. Ce point de départ permet de structurer les échanges qui vont suivre. Capter l’attention des médias en PQR (ou presse quotidienne régionale) repose sur les bonnes relations entre deux corps de métiers très proches.

Ce document a été rédigé par Elsa Heneman pendant le séminaire  « Entre journalistes et communicants » organisé par l’association Cerclecom. Il s’agit d’un travail personnel de sélection des informations jugées les plus pertinentes. Retour sur l’intervention de Berty Robert, Rédacteur en chef du Journal du Palais, hebdomadaire porte-voix de l’information économique en région qui nous livre quelques conseils pour poser de bonnes bases dans les relations avec les  journalistes.

Fixer les bases de la relation

Lusi - First newsPour travailler en confiance, un journaliste doit prendre le temps d’expliquer ses besoins, face à des chargés de relations presse souvent méfiants (voir Les nouvelles pratiques journalistiques). Or, en cas de crise, l’information va fuiter à un moment où un autre (délégué syndical, représentant du personnel ou les anciens salariés peuvent entrer en contact avec la presse). Un journaliste ne considère pas cette  première source d’information comme fiable, c’est pourquoi il va chercher à entrer en contact avec la personne en charge de l’information dans l’entreprise.

Le travail d’un journaliste est de creuser, de comprendre afin de vérifier et d’alimenter la « machine à informations ».

Appel de journaliste : que faire ?

Comment se préparer à l’interview ? Que faire en situation de crise ?

Pour maîtriser, l’information, il faut prendre les devants. Organiser une réunion avec sa direction va permettre d’assurer une meilleure maîtrise du message et décider de l’information que l’on va donner au journaliste et de celle qu’on ne donne pas. Les choses s’enchaînent plus facilement après.

Une chargée de com. nous donne ses étapes en cas d’appel téléphonique d’un journaliste :

  1. Demander quel est l’objet ?
  2. Demander quel est l’angle de traitement ou comment le sujet va-t-il être traité ?
  3. S’engager à rappeler dans un court délai et raccrocher
  4. Prendre un café et réfléchir…
  5. Rappeler le journaliste rapidement !

Suivant l’évènement, l’actualité ou simplement la logique de fonctionnement du quotidien, tout peut  être remis en question avant bouclage. Notre journaliste recommande que l’on pose les questions suivantes :

  • Quel est le délai de parution ?
  • Est-ce au planning ?
  • Quand va paraître l’article ?

Optimiser la relation professionnelle

Même si la qualité de la relation entre le journaliste et le communicant est liée au type de journal, il existe quelques règles de savoir-vivre.

Les rendez-vous avec la presse

Bubbelscoffee-and-newspaperEn dehors des rendez-vous annuels tels qu’un déjeuner presse avec les concurrents, partager un déjeuner permet de maintenir des liens et briser des codes afin de se rappeler au bon souvenir des journalistes locaux. Si un jour une nouvelle désagréable doit paraître, le journaliste avec qui on a une relation de confiance peut informer au préalable l’entreprise de la prochaine parution.

L’interview : qu’est-ce que le « OFF » ?

Le « OFF » est tout ce qui peut se dire à demi-mot, soit pour renseigner sur le contexte soit pour implicitement faire comprendre que la tournure de phrase peut soulever une problématique qui ne doit pas être rédigée.

Dans ce dernier cas, le journaliste se charge de relancer plus tard s’il juge l’info pertinente, d’en discuter, voire négocier la publication ultérieure. Il ne faut pas perdre de vue le fait qu’ils veulent tous le scoop.

Faire du « OFF » dépend aussi du journal : est-ce du local ou du national ? CVAH interview-on-streetPour cela, il n’y a pas de manuel, c’est du ressenti, de l’humain. Pour le justifier à sa hiérarchie il faut présenter le contexte historique des relations avec le journaliste.

Le bon délai pour prévenir d’un évènement

15 jours à 3 semaines avant.

Cela dépend aussi de l’ampleur de l’évènement. Ne pas négliger ce qui peut nous sembler être un sujet banal de tous les jours. Un journaliste peut imaginer un angle qui suscite l’émotion derrière les hommes et les femmes qui font un métier.

La relecture avant parution, est-ce utile ?

Guil - opinion page of newspaperIl ne faut pas l’exiger d’emblée, elle se fait dans certaines conditions, notamment dans le cas d’un article avec des éléments très techniques. Certains journalistes pensent que c’est une façon de nouer la confiance avec l’interlocuteur et l’acceptent volontiers.

Le chargé de com. doit-il être présent pendant toutes les interviews ?

Quand un technicien est interviewé, cela est utile de prendre des notes afin de vérifier ultérieurement si les chiffres ou les détails techniques ont bien été retranscrits. Attention aux micro-cravates lors des interviews (visites, évènements…) car bien souvent l’enregistreur tourne avant le début de l’interview et après la fin…

Les nouvelles pratiques journalistiques

Bien que le journaliste cherche à travailler la relation et à rassurer les chargés de com., certains réagissent avec hostilité et panique parce qu’avec l’utilisation d’Internet l’information peut se retrouver en ligne 15 min après et il n’est plus possible de la maîtriser.

C’est l’évolution du métier : nous avons maintenant accès à Twitter, Internet, nous sommes dans le monde de l’instantanéité.

Ces journalistes perdent cependant de vue le contexte « local ». Aujourd’hui, la valeur de l’information  pour un patron de presse, c’est la valeur du clic. Beaucoup de journalistes ont le sentiment de ne plus  faire de fond mais de l’audience et les notions de base du journaliste sont maintenant battues en brèche. Ce nouveau fonctionnement des rédactions est lié à la nouvelle génération de journalistes.

Dans ce contexte, il est essentiel pour les entreprises d’être présentes sur Internet et les réseaux sociaux. Une veille des médias numériques permet d’être averti rapidement et exiger un contre article auprès de la rédaction du journal. Retour en haut

En conclusion, après avoir utilisé à bon escient les ficelles de la relation, la prochaine étape consistera à évaluer les retombées presse en mesurant l’impact des relations presse et en valorisant ces retombées dans l’entreprise, ce que nous verrons dans un prochain article.

 


A propos Elsa

Professionnelle de l’information communication spécialisée dans la gestion des connaissances. J’apporte un ensemble de techniques, de méthodes et d’outils visant à améliorer l’efficacité informationnelle de l’entreprise, la gestion du changement et donc l’efficacité au travail. Je concentre mes actions autour de la collaboration pour dynamiser l’organisation apprenante.


Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Journalistes, communicants, relations presse