Comprendre l’information en ligne, la traiter et la réinvestir dans une production personnelle ou collective


De plus en plus d’apprenants utilisent leur ordinateurs en cours. Certains reprennent ces notes par écrit chez eux, jugeant que l’apprentissage passe mieux par la main. D’autres se contentent de cette collecte et de repérer les concepts clefs. Tous sont connectés, partagent et collaborent, plus ou moins efficacement. Révolution ou simple évolution ?

Devant les propositions de réforme de l’éducation nationale, les enseignants se rangent en deux catégories : les dubitatifs, qui  ne sont pas « computer litterate » et les partisans de l’apprentissage des TIC à l’école. Un rapport dont les extraits sont repris dans le blog de Michel Guillou fait ressortir les premiers enjeux et dresse un état des lieux.

  • Avec le web, tout le monde est un détenteur et un diffuseur du savoir. Comment redéfinir la place de l’enseignant qui n’est pas convaincu de l’amélioration de ce changement ?
  • La relation des élèves vis-à-vis du savoir n’est plus la même. Il faut changer le cadre de travail et leur évaluation.
  • Changer l’éditorialisation* des savoirs : à travers les plateformes en lignes tels FUN, Edx, Coursera. On ne lit et on n’apprend pas de la même façon sur un écran, il faut réapprendre à apprendre.
  • Travailler collaborativement en s’appuyant sur des outils et des ressources numériques

Derrière ces enjeux, des thèmes qui me sont chers : la discrimination de l’information et l’évaluation de sa qualité, la mobilité et la délocalisation du travail (ou des apprentissages), la collecte et la rétention de l’information numérique et bien sûr, sa communication.

Pour moi, ce sont sur ces critères que l’on devra aussi juger un élève et un futur travailleur.

D’après un billet rédigé par Michel Guillou dont le titre est extrait d’une phrase du rapport produit par le comité pour la Stratégie nationale de l’enseignement supérieur (StraNES). Remis ce mardi 8 septembre 2015.

Editorialisation : ensemble des pratiques d’organisation et de structuration de contenus sur le web. Ces pratiques sont les principes de l’actuelle production et circulation du savoir. Source Wikipédia.

 

Source : Trouver l’information pertinente, la comprendre pour la réinvestir dans une production personnelle ou collective

Crédit photo : Image à la une Vanishing library par Miguel M. Almeida via Foter

Image de l’article Eliens sous licence CC0 Public Domain via Pixabay


A propos Elsa

Professionnelle de l’information communication spécialisée dans la gestion des connaissances. J’apporte un ensemble de techniques, de méthodes et d’outils visant à améliorer l’efficacité informationnelle de l’entreprise, la gestion du changement et donc l’efficacité au travail. Je concentre mes actions autour de la collaboration pour dynamiser l’organisation apprenante.